Le corbusier grenoble - testprog.ru

7 octobre : Conférence « Les églises de Le Corbusier, une lecture

Le Corbusier a directement influencé toute cette esthétique de villes nouvelles et de barres HLM qui ont enlaidi tant de paysages en France. On lui doit par exemple "lunité dhabitation" de Marseille, plus connue sous le nom qui fleure bon les lendemains qui chantent de "Cité radieuse mais que les Marseillais surnomme "La Maison du fada". Ses architectes s'inspirent des principes de la charte d'Athènes - immeubles, espaces verts, séparation des circulations, équipements collectifs nombreux. Ils y ajoutent des activités industrielles et tertiaires pour rompre avec la monofonctionnalité des ensembles urbains. » Une situation difficile qui n'empêche pas les habitants de rester combatifs. A la suite de la diffusion, l'an dernier, d'un reportage baptisé «Villeneuve : le rêve brisé les habitants avaient porté plainte contre France 2. Le vaste ensemble de 2.200 logements accueillant 9.000 habitants encercle un parc boisé de 20 hectares. On y trouve des galeries, un collège, des écoles, cinq groupes scolaires, un centre mutualiste de santé, deux gymnases, une piscine et, en bordure, une zone d'activité de 2 hectares, qui accueillera l'entreprise Bull. Au moment où souvre cette grande rétrospective sur lun des grands architectes du XXe siècle, plusieurs spécialistes viennent rappeler un aspect peu glorieux du personnage, à savoir ses sympathies fascistes. Trois livres reviennent sur la question: "Le Corbusier, un fascisme français" de Xavier de Jarcy, "Une froide vision du monde" de Marc Perelman et "Un Corbusier" de François Chaslin, et.

Comme toujours avec les créateurs, les artistes ou les romanciers, il faut se poser la question du rapport entre cet engagement et loeuvre elle-même, qui nest pas forcément automatique. Cependant, en se promenant dans lexposition, on ne peut sempêcher de constater la parenté intellectuelle entre une architecture massive, impersonnelle, purement fonctionnelle, grise, et lesthétique des régimes totalitaires.

Le Corbusier sait aussi construire de ravissantes villas, (certainement les datchas des grands dirigeants mais le populo, lui, aura droit aux cages à lapins (comme ces horribles plans de "Ville contemporaine pour 3 millions dhabitants.

Une utopie qui tourne court rapidement. D'abord architecturalement. Vu de l'extérieur, le quartier ressemble à une forteresse. Il s'enroule sur lui-même. Quelques années plus tard, l'Agence nationale de rénovation urbaine et la municipalité dépenseront 80 millions d'euros pour le «normaliser».