La depeche eva bourseau - testprog.ru

Meurtre d'Eva Bourseau

Elle écarte en revanche la rumeur dun démembrement du corps, contrairement à différentes informations parues jusquici dans la presse. Interrogé, un voisin raconte avoir entendu, dans la soirée du 26 au 27juillet, les cris dune violente dispute dans lappartement dEva Bourseau.

Labsence deffraction laisse en outre supposer que la victime connaissait son ou ses meurtriers. En moins dequarante-huitheures, les agents de la police judiciaire (srpj) remontent la piste de la malle en plastique et de lacide utilisés pour dissoudre le corps. Le profil de mon client est plutôt celui dun jeune branleur qui consomme et vend de la drogue achetée sur Internet. Il deale pour avoir les moyens de samuser décrit-il à, libération. Ces deux hommes ont mis en avant une «dette liée aux produits stupéfiants». L'enquête du srpj se poursuit. La Dépêche du Midi, quand on est fort en math, on peut exécuter une amie à coups de pied de biche et de coups de poing américain. «Il a un look dadolescent. Un petit gabarit de 1 m 60 pour 55kg. Ces garçons sont hors de la réalité. Ils vivent dans un monde de jeux vidéo et de séries télé en se défonçant avec ces drogues qui modifient fortement leur comportement. Taha, 19ans, étudiant marocain inscrit en maths sup au collège Fermat, établissement réputé du centre-ville, se présente avec sa compagne au commissariat central de Toulouse, pour «y faire des révélations». Le couple est placé en garde à vue. En garde à vue, Guillaume aurait effectivement reconnu sapprovisionner en drogue sur le darknet, réseau accessible via des routeurs internet type Tor, garantissant lanonymat à ses utilisateurs. Enfant adopté, dorigine vietnamienne, il naurait, comme ses deux conculpés, aucun casier judiciaire. Ils ont été achetés une semaine plus tôt. «Trois bidons de 5litres dacide chlorhydrique au rayon ménager dun centre commercial et la malle dans une grande enseigne de bricolage du centre-ville de Toulouse révèle à, libération une source judiciaire.